Retour sur le plan miracle des 500000 formations pour sauver le candidat #Hollande !

29 septembre, 2016 Aucun commentaire »
Retour sur le plan miracle des 500000 formations pour sauver le candidat #Hollande !

Le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A (sans activité) a augmenté de 5.400 en juin. Mais le gouvernement ne se laisse pas abattre car François Hollande a posé une inversion de la courbe comme condition à une candidature pour 2017.

Et Pôle Emploi a un plan pour y parvenir.

Il est détaillé dans un document distribué aux cadres de Pôle emploi que « Le Canard enchaîné » s’est procuré. Le projet, annoncé en janvier 2016 par le gouvernement, consiste à orienter 500.000 chômeurs supplémentaires vers des formations professionnelles. Ils glisseront ainsi de la catégorie A à la catégorie D, qui n’est pas comptabilisée dans les chiffres du chômage diffusés chaque mois par le gouvernement. L’objectif est d’atteindre le chiffre de 1 million de chômeurs en formation (500.000 de plus que les années précédentes donc).

Le document obtenu par l’hebdomadaire détaille un savant calcul…
On part du principe que 19% des demandeurs d’emplois « [portent] leur propre projet », c’est à dire qu’ils trouvent eux-mêmes leur formation. Pôle Emploi doit encore parvenir à 705.000 « attestations d’entrée en stage nécessitant une intervention de type conseil en formation attestations d’entrée en stage nécessitant une intervention de type conseil en formation ».
Problème : si l’on propose une formation à trois chômeurs, un seul ira jusqu’au bout. Il faut donc solliciter trois fois plus de personnes que le nombre que l’on veut envoyer en formation, ce qui fait donc « 2,2 millions de demandeurs d’emploi à mobiliser ».
Concrètement, indique « Le Canard enchaîné », chaque conseiller référent de Pôle emploi doit solliciter 15 demandeurs chaque mois pour les orienter vers des formations.
Pour mettre en place ce grand projet « inversion de la courbe », 1 milliard d’euros ont été débloqués en janvier pour les formations, ainsi qu’une rallonge de 80 millions de la part des partenaires sociaux qui gèrent le fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels, détaillait alors « Le Monde ».

Un conseiller Pôle emploi interrogé par « Le Canard enchaîné », raconte :
« L’an dernier, […] on disait non à presque tout le monde, il n’y avait plus un rond pour financer les formations. Maintenant, c’est tapis rouge, on dit oui à tout et sans trop de précautions, la scrupuleuse procédure de validation des stages est abandonnée. »

Alors concrètement, ça donne quoi dans notre région #NouvelleAquitaine ?

Pour août, c’est avec consternation et un certain fatalisme que nous apprenons les chiffres du chômage en Nouvelle-Aquitaine : +7.870 personnes soit +1,59% pour les 3 catégories A, B et C.
La politique nationale du parti socialiste est désastreuse. La politique Régionale d’Alain #Rousset est de la même veine. Derrière les belles paroles et les beaux discours, nos territoires souffrent.
Le chômage touche autant les personnes nouvellement inscrites que celles déjà inscrites depuis un an ou plus : la crise est structurelle, elle dure, elle se poursuit, elle s’amplifie.

Depuis le début du mandat en 2012, les Républicains n’ont cessé d’alerter le gouvernement et la majorité de la Région sur leur manque de réalisme dans le domaine économique.
Le Président #Hollande en supprimant la « TVA sociale », la défiscalisation des heures supplémentaires et en augmentant fortement les impôts et les charges sociales de travailleurs, a brisé la confiance des français et des entreprises.

Le Président Rousset a voté et soutenu cette politique à Paris, tout en la décriant sur le terrain. Les belles paroles et les promesses d’un « ça va mieux » n’ont pas suffi à retrouver la confiance qui permet la croissance et l’emploi. Les atermoiements d’une majorité qui a perdu sa boussole ont eu un impact dévastateur sur l’économie…

A la Région, les économies promises après la fusion ne sont pas au rendez-vous !

On parle de nouveaux impôts, puis on les annule. La réforme jetée sur le papier un dimanche après-midi, à l’Elysée n’a été ni préparée, ni concertée. Pourtant ce sont les Régions qui devraient être en 1ère ligne pour engager la confiance, soutenir l’emploi, et retrouver la croissance. Le bras armé de l’Etat sur le terrain du développement économique est aujourd’hui dans le plâtre.
Trop occupé à résoudre des problèmes qu’on ne se posait pas avant la fusion. Les services sont désormais accaparés par des débats internes.

Au lieu de travailler sur le fonds à la source des problèmes, le gouvernement et les Régions travaillent à masquer la vérité aux français : multiplication des emplois parking sans avenir, plan « 500 000 formations » pour sortir des personnes des statistiques du chômage …. Tout cela ne marche pas !

Les crises se succèdent dans l’industrie, dans l’agriculture… Ce n’est pas la vente de 32 avions Rafale à l’Inde qui sauvera l’Aquitaine. Ce marché si réjouissant soit-il, au mieux permettra d’éviter de la destruction d’emplois, ce qui est déjà bien, mais ne permettra pas de créer un seul emploi en France.

La France, la Région, ont besoin de réforme de fond ! Qu’attendons-nous ?

Articles suggérés

Laisser un commentaire