Déclaration de Candidature du 17 Décembre 2011

L’éminent sociologue, Max Weber, a écrit, en 1919 dans Le Savant et le Politique : « Tout homme qui fait de la politique aspire au pouvoir ». Il poursuit en disant qu’il y a deux catégories d’hommes politiques : ceux qui veulent accéder au pouvoir par égoïsme et ceux qui font de la politique parce que cela leur procure un sentiment d’utilité pour les citoyens. Malgré le grand âge du discours, le constat est le même aujourd’hui.


Vous l’aurez compris Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, je fais partie des politiques qui ont la vocation et qui en font par sens des territoires et de l’Etat, et non par opportunisme ou égoïsme. Je ne me présente pas non plus par hasard, c’une une démarche réfléchie et dans la logique de mon parcours dans la mesure où je travaille aux côtés d’un député depuis presque 8 ans.

Née à la Rochelle d’un père algérien et d’une mère française, je connais bien ce territoire et j’ai la chance d’avoir une grande famille et de nombreux amis qui s’associent totalement à ma démarche, qui me soutiennent et qui me font des remontées régulières des difficultés qu’il peut y avoir dans l’ensemble des communes de cette circonscription.

Circonscription qui, depuis plusieurs semaines, attire toutes les attentions pour de mauvaises raisons. En effet, cette première circonscription est le symbole de la discorde à gauche et d’un holdup de démocratie où la circonscription aurait été négociée sur un coin de table à Solférino. Le Parti Socialiste s’embourbe toujours plus dans une bataille fratricide opposant la Présidente du Conseil Régional Poitou‐Charentes, qui brandit une conception bien à elle de la « démocratie participative », face au déshérité malheureux qui, si tout s’était déroulé comme prévu, aurait du succéder à la candidature de Maxime Bono. L’une a pour seul programme le perchoir de l’Assemblée Nationale et ne cache pas ses ambitions personnelles et l’autre a pour programme d’être l’alternative de gauche à la candidate autodésignée.

Mais les citoyens ne sont pas dupes et depuis le début de ces disputes, je ne cesse de recevoir des messages de personnes qui ont pour habitude de voter à gauche, mais qui, aujourd’hui, veulent que cela cesse ! Et ils m’ont adressé, sous diverses formes, leur total soutien pour les échéances à venir. Oui, les gens en ont marre des querelles politiciennes pour des postes et ils en appellent à l’unité et au changement !

Bien sûr, certains diront qu’un récent sondage réalisé par l’Ifop me place en 3ème position avec 17% d’intention de vote au 1er tour et seulement 42% au second tour face à Mme Royal. Rassurez‐vous, il n’en sera rien.

Tout d’abord, car la campagne n’a pas encore commencé.

Ensuite, car les militants et de plus en plus d’habitants rejoignent ma candidature car ils ne veulent plus croire à des idées et des rêves mais ils veulent des idées et du concret !

Et enfin, car ce sondage nous sous‐estime ! Il sous‐estime non seulement l’électorat de droite et du centre, mais il sous‐estime également notre capacité à rassembler bien au delà de notre famille politique. Il sous‐estime enfin les indignés non résignés de cette circonscription, qui pourtant ne se tromperont pas de candidat à l’heure du vote en choisissant la candidate qui leur ressemble et qui porte leur projet.

Nous donnerons tort à ceux qui jacassent sur tous les toits que la gauche emportera cette élection, haut la main, et qui se distribuent déjà des postes comme si c’était gagné.

Nous allons travailler tous ensemble au projet que je porterai aux suffrages en juin prochain. Un projet de proximité, un projet qui nous rassemble porté par une candidate qui vous ressemble. Rochelaise depuis toujours, j’ai en moi l’amour de nos territoires, de ses richesses et de ses habitants.

Mes ami(e)s, autour de ce vin chaud que je suis heureuse de partager avec vous, dans cette rue Eugène Fromentin, symbole d’un peintre qui fut l’un des premiers à faire de ses carnets de croquis des paysages et des habitants d’Algérie, un de ses sujets de prédilections dès 1846 ; dans cette rue, à quelques mètres de la mairie de La Rochelle suscitant de nombreuses convoitises, je suis venue vous dire que je suis votre candidate ! Candidate à l’unité et au changement. Et qu’avec vous en 2012, nous donnerons l’énergie nécessaire pour la victoire de notre « petit bout de France » à l’Assemblée Nationale. Avec vous, nous prouverons aux autres que l’ascenseur social fonctionne encore en France et que les citoyens derrière leur candidate seront dignement représentés à Paris !

Vive la première circonscription, Vive la République et Vive la France !